Le textile auto-rafraichissant récompensé

Le prix international Théophile Legrand de l’Innovation Textile 2010 a recompensé ce vendredi 19 novembre à l’ENSAIT de Roubaix un jeune chercheur textile, Gauthier BEDEK, 27 ans.

Il y avait une rude concurrence pour la deuxième édition de ce prix international : 16 candidats, 9 nationalités représentées. Mais le jury composé de professionnels et d’experts du monde du textile devaient trancher et décerner 2 prix.

photo : www.theophilelegrand.w1w.f

Le lauréat 2010 de ce prix est Gauthier BEDEK, qui a inventé un textile auto-rafraîchissant grâce à son travail de thèse mené avec le groupe Damartex, le laboratoire GEMTEX de Roubaix et l’école d’ingénieurs HEI Lille. Le jury a estimé que le projet présenté était « le plus abouti, le plus original et le plus surprenant des nouveaux textiles de demain ». Ce qui a fait la différence, c’est aussi que la structure textile auto-rafraîchissante est prête à passer à l’étape d’industrialisation. Visant à améliorer le confort thermique en environnement chaud ou à la suite d’un effort physique, ce projet est de qualité et les débouchés sont réels. Notamment pour les sportifs et pour ceux qui travaillent dans des conditions de chaleur intense (métallurgie, bâtiment, …). Sans trop rentrer dans la technique, le lauréat a expliqué qu’il avait obtenu ce résultat étonnant grâce au développement d’un nouveau procédé de micro-encapsulation du « xylitol » par polymérisation interfaciale. Ce procédé novateur permet de former dans un premier temps une membrane semi-perméable de polyuréthane. Dans un second temps, le xylitol agit pour créer une membrane perméable aux transferts d’humidité et permet de bloquer l’actif, quel que soit son état (solide ou liquide), en devenant un « système » piège ou « microréacteur ». L’énergie, et donc la chaleur, est absorbée, permettant de rafraîchir le porteur du textile. Les résultats des tests effectués semblent bien prouver l’efficacité de cette innovation. Ce nouveau produit textile « auto-rafraichissant » a la particularité d’être à la fois autonome, réversible, fin, confortable et non dangereux. Ce tissu servira à créer par exemple une gamme de sous vêtements utilisés en environnement chaud et sec. Cette nouvelle fibre peut être considérée comme un textile intelligent, actif à l’humidité cutanée et engendrant une réaction endothermique au moment propice de l’apparition de l’inconfort au chaud.

photo : www.theophilelegrand.w1w.f

Le second prix a été décerné à Mohammed ABOUNAIM, originaire du Bangladesh. Ce doctorant à l’Institut de Technologie Haute Performance en Textile de Dresde (Allemagne), a inventé des tissus 3D en fils hybrides pour diverses applications de haute performance (textile protecteur et acoustique). Cette innovation en 3D peut être fabriquée sur des métiers à tricoter actuels. Ces tissus permettent d’absorber l’énergie. Cette fibre pourra servir de composants textiles dans le secteur de l’automobile par exemple, afin de mieux supporter les chocs (en cas de crash). Le vide des tubes fibreux en 3D offre également une isolation acoustique performante. Autre avantage non négligeable : son coût de fabrication est faible (conception simple et utilisation de machines actuelles). Ces deux derniers avantages ont séduits le jury.

source : www.theophilelegrand.w1w.f