De nouveaux textiles à base de marc de café

Le plastique ne pousse pas sur les arbres. Le café, si. Et depuis peu, le marc de café s’est inventé une nouvelle possibilité de recyclage : la fibre textile S.Café.

Vous connaissiez peut-être déjà quelques-uns des multiples usages du marc de café : nettoyant, désodorisant, entretien des canalisations, masque de beauté, divination… mais saviez-vous qu’il existe maintenant une fibre textile à base de marc de café nommée S.café, dont les propriétés sont tout à fait remarquables ? Contrôle des odeurs, protection contre les UV et séchage rapide ; le tout grâce à la torréfaction et au procédé breveté en 2010 par Singtex Industrial, un grand groupe de textile taïwanais. Une telle innovation leur a valu le Taïwan Excellence Awards en 2010 et en 2011.

Cette fibre est non seulement appréciable pour l’utilisateur, mais aussi pour l’environnement : le matériau de base est issu du recyclage d’un produit végétal consommé dans le monde entier. Le café voyage beaucoup ; on imagine donc bien que ce n’est pas ce que l’on peut appeler de la production en circuit court, mais le procédé en lui-même constitue une alternative intéressante aux matières textiles synthétiques, qui elles, sont en pétrole et voyagent au pétrole. Un des partenaires les plus connus de S.Café est sans doute Starbucks Coffee, dont on sait le penchant pour les cafés labellisés Max Havelaar et la politique d’engagement environnemental. Un vêtement en café recyclé, c’est bien ; mais si le café est issu du commerce équitable, c’est mieux.

Cette fibre recyclée est mélangée à d’autres fibres (synthétiques) comme le Tencel, le nylon, le polyester. Les propriétés écologiques de cette nouvelle fibre sont notamment certifiée par le label bluesign®, qui est une norme industrielle indépendante qui passe pour être la plus complète au monde. Elle garantie une production du textile sûre et durable.

Ainsi, on commence à voir apparaître dans le commerce des vêtements – surtout de sport – contenant cette fameuse fibre S.Café. Exemples : la veste « Cycling Falmouth 61407″ de Timberland (vendue 160 €), intègre 16% de marc de café dans sa fibre textile polyester recyclée (issu de bouteilles plastiques) ; elle est waterproof, respirante (contrôle des odeurs), anti-UV et sèche rapidement. Le pantalon cycliste « Drytex 3400 SC » de Louis Garneau, contient, quant à lui, 62% de fibre S.Café. D’autres marques comme Helly Hansen, McKinley, New Balance, Lotto, Intersport, Fusalp, Asics ou encore Eider utilisent déjà des fibres de café dans leurs produits.

Bientôt, ces vêtements dits « intelligents » et « eco-friendly » pourraient bien devenir aussi irremplaçables et indémodables que votre petit café du matin. Reste maintenant à connaître les impacts environnementaux globaux sur l’ensemble du cycle de vie de ses fibres (ACV), et notamment le devenir en fin de vie.

source : marcelgreen.com