Lafuma évalue les impacts environnementaux de ses produits

Lafuma se lance dans l’évaluation de l’impact écologique sur chacun de ses produits.  Acteur depuis 1992 pour la protection de l’homme et son environnement, le groupe français souhaite aujourd’hui généraliser l’évaluation environnementale sur l’ensemble de ses produits.

Le Groupe Lafuma est un acteur majeur du marché de l’outdoor. Pour chaque segment, il possède une marque répondant à des activités et des acteurs différents (marques Lafuma, Millet, Eider et Oxbow). La démarche Développement Durable, commune aux marques du groupe, s’appuie sur la notion de cycle de vie des produits. Ainsi, toutes les étapes sont concernées : conception, fabrication, transport, utilisation, et fin de vie.

S’inscrivant dans une démarche environnementale dès les années 1990, le groupe a mis en place une organisation interne et des bonnes pratiques durables à tous les niveaux de la chaîne de valeur.

Aujourd’hui, Lafuma va plus loin en souhaitant connaître l’impact environnemental de l’ensemble de ses produits. Pour cela, le groupe s’appuie sur le partenariat qui le lie depuis plus de 10 ans avec le WWF.

Pour sa première saison, le groupe a mis en place un outil baptisé Ecoefficiency qui a pour but à terme « d’évaluer de façon automatisée l’ensemble des produits des collections ». Pour l’heure, Lafuma, Millet et Eider en sont aux prémices de l’utilisation de cette technologie qui doit leur permettre d’orienter et d’optimiser leur éco-conception.

En clair, « l’Ecoefficiency s’appuie sur une démarche d’analyse du cycle de vie (ACV) des produits. Il permettra à tous de connaître l’impact écologique des produits Lafuma sur l’environnement, de leurs matières premières jusqu’à leur fin de vie, en passant par la fabrication et le transport« , explique le groupe dans sa présentation.

La veste Jaïpur Twin - veste de protection 3 en 1 conçue avec des matières recyclées

La marque Lafuma, dans sa collection Eco Life, propose deux modèles pour l’hiver 2013/2014 développés en optimisant ces performances. L’un a été produit dans les usines du groupe. L’autre chez un partenaire pour tester les deux circuits. Chez Eider, huit produits ont été analysés pour avoir une première valeur de base sur laquelle travailler pour les prochaines saisons. Polartech ayant joué le jeu, la marque a pu analyser son impact écologique, notamment son empreinte carbone, de la production des matières à la sortie de ses propres usines. Sur les prochaines saisons, les analyses et applications directes qui en découlent devraient ainsi monter en puissance au sein du groupe.

Tout comme Lafuma, certaines marques semblent opter pour un rapprochement avec des acteurs identifiés comme fiables concernant les valeurs écologiques. Esprit vient par exemple de rejoindre la campagne Detox de Greenpeace « afin d’éliminer le rejet industriel de produits chimiques dangereux dans la production de textiles et de vêtements ». Cela devrait notamment leur éviter d’être taxés de greenwashing par des consommateurs de plus en plus avisés de ces phénomènes.

Si vous souhaitez connaître l‘impact environnemental de vos produits et la performance environnementale de votre entreprisecontactez-nous afin que l’on vous accompagne dans ses démarches.

sources : FashionMag et Lafuma